Dans le domaine du chauffage, les pompes à chaleur occupent une place de plus en plus importante au sein des foyers français. Pour conseiller efficacement la clientèle, il convient d’étudier les différents concepts d’aérothermie et de géothermie. En fonction des particularités du lieu, de la présence de radiateurs existants et du climat, le choix du système de pompe à chaleur peut varier. D’autres éléments entrent en compte comme le nombre de pièces de l’habitation ou la surface totale à chauffer afin d’envisager la puissance énergétique nécessaire. Le nombre d’occupants est également une condition essentielle pour déterminer les besoins en eau chaude sanitaire. Autant de critères qui vous permettront de proposer la solution idéale pour chaque projet, sachant que l’avantage d’une pompe à chaleur dépendra du modèle choisi.

 

Comparatif pompe à chaleur : la pompe à chaleur air-air

 

comparatif-pompe-a-chaleur-air-air

 

Bien qu’elle n’assure pas la production d’eau chaude sanitaire, la pompe à chaleur air-air est l’un des modèles les plus fréquents. Elle est utilisable en maison comme en appartement pour un chauffage individuel couplé avec une VMC. Son installation implique la mise en œuvre d’un réseau de gaines de soufflage accessible dans les combles ou un faux plafond. Son fonctionnement consiste à puiser l’énergie dans l’air extérieur pour la restituer en propulsant de l’air à l’intérieur. C’est un des inconvénients de cette pompe à chaleur qui rend son fonctionnement difficile dès lors que la température descend sous les 7°C.

  • Moins chère que les autres modèles.
  • Facile à installer.
  • Compatible avec l’installation existante.
  • Fonctionne également en climatisation, si elle est réversible.
  • Les pompes de moins bonne qualité peuvent être bruyantes.
  • Son installation n’est pas éligible au crédit d’impôt.
  • Représente un coût de 60 à 90 € TTC par m² chauffé, pour un tarif à l’achat de 6000 €.

 

 

La pompe à chaleur air-eau

 

 

Ce système se distingue par sa simplicité et a l’avantage d’être utilisable dans la majorité des situations. La pompe à chaleur air-eau fonctionne à la manière d’une chaudière en tirant l’énergie dans l’air extérieur afin de s’en servir pour chauffer l’eau. Elle compte également parmi les produits les plus installés dans l’hexagone. Il existe de nombreuses marques de PAC, comme la pompe à chaleur Daikin par exemple.

  • S’intègre au réseau de chauffage existant avec radiateurs à eau.
  • Compatible avec un plancher chauffant et des radiateurs basse température.
  • Requiert peu de gaz frigorigène.
  • Peut s’avérer bruyant.
  • Permet de rafraîchir et produire de l’eau chaude sanitaire.
  • Les systèmes les plus performants ne nécessitent pas de chauffage d’appoint et supportent le froid jusqu’à – 25 °C.
  • Son installation donne accès à un crédit d’impôt.
  • Représente un coût de 80 à 110 € TTC par m² chauffé, pour une valeur seule de 12000 €.

 

Les pompes à chaleur sol-eau et sol-sol

 

comparatif-pompe-a-chaleur-sol-eau

 

Recommandées sous les climats rigoureux, les pompes à chaleur sol-eau et sol-sol impliquent une installation plus compliquée. Un avis technique du CSTB est indispensable, de même qu’une surface de jardin suffisante pour la mise en place des capteurs horizontaux ou verticaux.

  • Offrent d’excellentes performances pour produire de l’eau chaude sanitaire et rafraîchir le logement de manière autonome.
  • Compatibles avec radiateurs basse température et/ou plancher chauffant.
  • Exigent une grande quantité de fluide frigorigène lors de la mise en œuvre.
  • La PAC sol-sol nécessite une technologie de plancher spécifique.
  • Permettent de bénéficier d’un crédit d’impôt.
  • Représentent un coût de 70 à 100 € TTC par m² chauffé, pour un prix de 12000 € en sol-sol et de 14000 € en sol-eau.

 

La pompe à chaleur eau-eau

 

 

Idéal même dans les régions les plus froides, la pompe à chaleur eau-eau est le système le plus coûteux de sa catégorie. Avec son lot de démarches et d’autorisations, elle exige un certain savoir-faire de la part de l’installateur pour la mise en œuvre des capteurs verticaux ou du système sur eau de nappe.

  • Très bonnes performances pour l’eau chaude sanitaire et pour rafraîchir.
  • Fonctionne en autonomie sans chauffage d’appoint.
  • Le peu de gaz frigorigène est confiné dans la PAC.
  • Les modèles haute température sont compatibles avec les radiateurs du chauffage central.
  • Compatible avec radiateurs basse température et/ou plancher chauffant.
  • Implique de réaliser deux forages au coût élevé.
  • Nécessite d’avoir un point d’eau ou une nappe à proximité.
  • Bénéficie d’un crédit d’impôt.
  • Représente un coût de 145 à 185 € TTC par m² chauffé pour les systèmes à capteurs verticaux et de 80 à 130 € TTC pour les systèmes sur eau de nappe. La valeur seule est d’environ 15000 €

 

Avec le large choix de marques de pompe à chaleur, il est essentiel de comparer le coefficient de performance (COP). Après avoir déterminé l’installation adaptée à l’environnement direct, plusieurs spécificités entrent en compte en fonction des besoins de la clientèle. Cela peut être le silence de la pompe, la présence d’un système de régulation de la température et la possibilité d’une programmation à distance.

 

Share This