Depuis 2016 en France, les différents appareils de chauffage et climatisation doivent être contrôlés en fonction du fluide frigorigène et de sa quantité. A cela s’ajoute une obligation d’entretien des systèmes thermodynamiques d’une puissance de 4 kW à 70 kW tous les 2 ans.

Avec un impact plus ou moins important sur le réchauffement climatique, les fluides frigorigènes sont très volatils et doivent être manipulés avec le plus grand soin. Selon leur nature, ils sont soumis à une stricte vérification de l’étanchéité dans les installations de types pompes à chaleur, groupes frigorifiques, climatiseurs et autres…

Périodicité du contrôle des installations concernées

Dans la continuité de l’objectif environnemental du gouvernement, la nouvelle réglementation des fluides frigorigènes consiste à favoriser l’utilisation des nouveaux fluides moins polluants. En effet, certains fluides fluorés sont des gaz à effet de serre néfaste lorsqu’ils sont libérés dans l’atmosphère. Il est donc important de sensibiliser tous les acteurs, des installateurs aux utilisateurs, sur la qualité des différents fluides.

Auparavant, les mesures de charge pour les fluides frigorigènes aujourd’hui interdits de type CFC et HCFC s’exprimaient en kilogrammes. L’unité employée pour les fluides est désormais la tonne équivalent de gaz carbonique (t eq. CO2). Elle correspond à l’indice PRP pour déterminer le potentiel de réchauffement de la planète des fluides HFC ou PFC.

Les contrôles nécessaires sont les suivants :

  • Les différents équipements avec une quantité de 5 et 50 t eq. CO2 doivent être contrôlés chaque année. Cela équivaut à 2,38 kg de R 410A ou 2,78 kg de R 407C.
  • Avec une charge de 50 à 500 t eq. CO2, la vérification est réduite à chaque semestre.
  • Au-dessus de 500 t eq. CO2, elle s’effectue tous les trimestres.
  • Il est possible de relier un dispositif de détection de fuites à une alarme sur un équipement pour voir la période entre 2 contrôles être doublée.

Comment sont effectués les contrôles ?

Les méthodes directes :

Il peut s’agir d’un détecteur de fuite déplacé sur le réseau, de l’application d’un produit moussant ou d’un fluide fluorescent avec un repérage à la lampe UV.

Ces vérifications sont réalisées sur différents éléments.

  • Les joints d’étanchéité et autres ;
  • Les valves et les tuyaux ;
  • Les éléments soumis à des vibrations ;
  • Les connexions liées à la sécurité et le fonctionnement.

Les méthodes indirectes :

Au travers d’un contrôle visuel et manuel, le technicien effectue diverses mesures.

  • Pression dans le système ;
  • Température ;
  • Vérification du courant du compresseur ;
  • Niveaux de liquides ;
  • Volume de gaz rechargé.

Maintenance obligatoire des pompes à chaleur

Depuis juillet 2020, une pompe à chaleur dans le neuf doit être contrôlée avant 2 ans à partir de sa date de mise en service. Dans l’ancien, elle doit sujette à une vérification avant le 1er juillet 2022, puis tous les 2 ans.

En ce qui concerne la majorité des installations de 4 à 70 kW, il est impératif de réaliser toute une série de contrôles.

Les systèmes thermodynamiques de chauffage ou de climatisation :

  • Bon fonctionnement et températures pour les unités intérieures et extérieures.
  • Inversion du cycle ;
  • Enclenchement des appoints ;
  • Tensions électriques statiques et dynamiques.

Les systèmes aérothermiques de chauffage ou de climatisation :

  • Nettoyage et bon fonctionnement de l’échangeur de l’unité extérieure ;
  • Nettoyage unité intérieure et son filtre.

Les systèmes de distribution par boucle d’eau :

  • Pression ;
  • Purge des bulles d’air du circuit ;
  • Fonctionnement des circulateurs ;
  • Nettoyage filtre ;
  • Pression de gonflage des vases d’expansion
  • Embouage (hydrolyse).

Les systèmes de distribution par vecteur air :

  • Nettoyage et désinfection de l’unité intérieure et de son filtre ;
  • Fonctionnement du ventilateur ;
  • Qualité des gaines accessibles.

 

Toute intervention sur un appareil utilisant un fluide frigorigène doit impérativement impliquer la réalisation d’une fiche d’intervention. En cas de conformité ou de réparation immédiate, la vignette bleue réglementaire valide la qualité de l’installation. Dans le cas contraire, la vignette rouge doit être apposée en attendant la remise en état du système.

Share This