L’écologie est une nécessité de plus en plus pressante au fil des années. Dans la continuité de la loi sur la transition énergétique et après la COP21 de 2015, la récupération de chaleur fait partie des éléments essentiels à la diminution de la consommation d’énergie. Elle utilise de nombreuses sources pour y parvenir avec les condensats, les fumées, la vapeur, les eaux de refroidissement et bien d’autres. Autrefois perdues, ces sources sont dorénavant exploitées aussi bien au niveau des industries que chez le particulier. Grâce à elles, la récupération de chaleur représente une solution idéale pour diminuer le montant de la facture de chauffage ou de climatisation.

 

Définition et fonctionnement

 

recuperation-de-chaleur-systeme

 

Tout processus de production fait appel à une énergie qui génère pour la majorité de la chaleur. Une fois rejetée dans l’air, cette dernière est perdue alors qu’il est possible de la réutiliser. Il existe en effet des systèmes de récupération de chaleur compatibles avec le réseau de chauffage, de climatisation ou de production d’eau chaude d’un bâtiment. Si les applications domestiques ne sont pas en reste, l’industrie reste le secteur qui regroupe la plus grande consommation en énergie et représente le plus gros potentiel de récupération de chaleur. En moyenne, 100 TWh de chaleur sont ainsi dispersés dans l’air chaque année. Véritables nécessités sur le plan économique et écologique, les innovations se multiplient pour récupérer toutes sortes de chaleur.

 

Les différents systèmes de récupération de chaleur domestiques

 

recuperation-de-chaleur-energie

 

En plus de limiter la production de gaz à effet de serre, la récupération de chaleur permet de réaliser des économies en consommant moins d’énergie. On la retrouve à différents niveaux dans le cadre du chauffage :

  • Une chaudière évacue des fumées chaudes qu’il est possible de récupérer pour chauffer à nouveau. Il s’agit du fonctionnement caractéristique de la chaudière à condensation.
  • Le condenseur d’un groupe frigorifique contribue à retirer les calories du fluide caloporteur afin de rafraîchir les pièces d’un bâtiment. Il est possible de récupérer cette chaleur et de la rediriger vers le système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire.
  • La chaleur produite par une cheminée ou un insert fermé est récupérée par convection ou chauffage par air chaud. Elle alimente différents appareils pour un rendement autour de 80 %.
  • La récupération d’énergie peut s’effectuer via un échangeur thermique connecté au réseau de chauffage central.
  • La ventilation est également un système idéal pour la récupération de chaleur. Avant d’être remplacé par l’air neuf, l’air extrait est chargé de calories. La présence d’un échangeur statique permet une récupération de cette chaleur jusqu’à 80 %.
  • Avec un échange thermique de l’air neuf par le sol, le système de puits canadien assure une récupération de chaleur pour réchauffer l’air neuf.

Valoriser la récupération de chaleur

 

recuperation-de-chaleur-chaudiere

 

Lorsque la source de calories a été identifiée, ainsi que le type d’appareil pour récupérer la chaleur, celle-ci doit être valorisée dans une optique d’efficacité énergétique.

  • Favoriser la réduction de la chaleur générée en optimisant le fonctionnement et les performances des équipements de base.
  • Maximiser la quantité de chaleur récupérée pour la réutiliser en interne via l’installation de chauffage ou divers équipements.
  • La valorisation de la récupération de chaleur peut également s’effectuer au profit d’entreprises externes, pour le chauffage de bâtiments publics, les réseaux de chaleur ou la production d’électricité avec des équipements adaptés.

Disponible et gratuite, la récupération de chaleur représente un moyen stratégique pour de meilleures performances énergétiques qui se montre respectueux de l’environnement. Pour les entreprises comme les particuliers, la récupération de chaleur représente un moyen de faire des économies d’énergie.  Les dispositifs capables de réutiliser cette chaleur continuent de s’améliorer pour offrir des modes de chauffage toujours plus efficaces et écologiques. Si leur prix représente un coût, il engendre également un très bon retour sur investissement.

Share This