Les divers systèmes de VMC sont nombreux pour ventiler la maison et améliorer la qualité de l’air intérieur. L’intérêt est de favoriser une meilleure circulation de l’air à travers les pièces grâce à la ventilation mécanique. Idéal pour renouveler l’air au sein d’un logement, la VMC gaz contribue à évacuer l’air vicié ainsi que les produits de combustion du chauffe-eau ou de la chaudière. Elle s’avère très efficace pour vos clients afin d’améliorer la qualité de l’air intérieur au quotidien.

 

VMC gaz : Principe de fonctionnement

 

À la manière d’une VMC simple flux, la VMC gaz est composée d’un seul conduit pour effectuer l’évacuation de l’air pollué en provenance du domicile et de la chaudière. Lorsque cette dernière fonctionne, la VMC gaz assure une ventilation supérieure via les bouches d’extraction pour empêcher le monoxyde de carbone de se mélanger à l’air ambiant. Elle est notamment équipée d’un système de détection en cas de problème technique. Lorsque cela arrive, il n’est pas rare de voir des chaudières connectées à la VMC gaz s’arrêter automatiquement.  Elle joue un rôle important en matière de sécurité, ce qui entraîne des normes rigoureuses et un entretien conséquent pour garantir son bon fonctionnement. Un rôle d’autant plus important pour les logements collectifs.

 

vmc-gaz-chaudiere

 

La réglementation de la VMC gaz

 

Si la VMC gaz assure une ventilation optimale, il est essentiel que la chaudière raccordée au système puisse stopper son fonctionnement en cas d’arrêt de l’extracteur pour prévenir tout accident. Un système de sécurité est dorénavant obligatoire, tout comme les diverses conditions d’entretien.

En cas de dysfonctionnement de la VMC gaz, il est important de n’avoir aucun risque de fuite de monoxyde de carbone. Dans un logement individuel comme collectif, la réglementation impose un dispositif de sécurité collective (DSC) pour mettre la chaudière en sécurité en coupant l’alimentation électrique. Cette dernière est spécifique à la ou les chaudières du bâtiment. Le système se complète avec un interrupteur de test, un voyant de signalisation et un signal d’arrêt automatique du système de chauffage au gaz.

 

 

En matière d’entretien, la réglementation implique le passage régulier d’un professionnel agréé. Si un problème est constaté, il doit réaliser un diagnostic pour déclencher l’intervention du distributeur de gaz. La remise aux normes doit alors être effectuée dans les 2 mois sous peine de voir l’approvisionnement en gaz coupé. Une vérification et un réglage de toute l’installation et des systèmes de sécurité doivent être réalisés tous les cinq ans.

 

vmc-gaz-entretien

 

Avantages et inconvénients de la VMC gaz

 

Un véritable atout de confort pour la maison

 

Avec un processus relativement simple, la VMC gaz évacue le débit issu des conduits de la chaudière et l’air vicié du logement. De cette manière, il permet de maintenir une excellente qualité de l’air à l’intérieur de la maison de vos clients. Elle assure la sécurité du système tout entier pour éviter toute fuite de gaz. Avec des normes particulièrement strictes, le risque d’accident est très faible.

 

Des inconvénients à prendre en compte

 

Malgré le faible risque, un dysfonctionnement de la VMC gaz peut entraîner un refoulement d’air contenant du monoxyde de carbone. Pour éviter cela, l’entretien représente un coût à ne pas négliger et certaines contraintes à effectuer. Le prix moyen de la VMC gaz avoisine les 300 à 400 pour le matériel sans compter l’installation.

 

Une ventilation efficace contribue à renouveler l’air au quotidien pour bénéficier d’un logement sain propice au bien-être des habitants. Avec une réglementation stricte, la VMC gaz implique un entretien contraignant qui se compense par une grande efficacité tout au long de l’année. En fonction des besoins de votre clientèle, elle assure une qualité d’air optimale dans le bâtiment.

Share This