D’un point de vue réglementaire, il est dorénavant obligatoire d’installer un système de ventilation au sein des pièces humides. Entre l’humidité, le gaz carbonique et les différentes sources de polluants, la qualité de l’air intérieur est rapidement bien moins bonne qu’en extérieur. Entre les VMC et la VMI, il existe différentes solutions de renouvellement d’air pour favoriser la bonne santé des habitants dans la maison. Il convient donc de bien étudier chaque projet et de proposer plusieurs choix à votre clientèle pour répondre au mieux à leurs besoins.

 

VMI ou VMC : Le rôle de la Ventilation Mécanique Contrôlée

 

Au travers d’un réseau de gaines, la ventilation mécanique contrôlée (VMC) permet d’extraire l’air vicié du logement à l’extérieur. Doté d’un caisson avec ventilateur placé dans les combles, elle contribue à un plus grand confort au quotidien et à atténuer les dégâts de l’humidité dans les différentes pièces.

 

 

La VMC simple flux puise de l’air neuf hors de la maison pour remplacer l’air vicié. Le modèle double flux affiche de grandes performances grâce à l’ajout d’un échangeur de chaleur qui utilise les calories de l’air vicié avant son extraction. Le parcours des gaines permet à l’air propre et à l’air impropre de ne pas se mélanger, tout en exploitant au maximum leurs qualités. Véritable atout pour votre facture de chauffage, la VMC double flux favorise les économies d’énergie et répond aux exigences des bâtiments à basse consommation.

 

Atouts et fonctionnement de la VMI

 

vmi-ou-vmc-combles

 

Très pratique dans le cadre d’une rénovation, la ventilation mécanique inversée (VMI) fonctionne sur le principe de ventilation par insufflation. Elle est idéale dans les zones polluées, car elle va permettre d’aspirer l’air intérieur tout en apportant de l’air neuf et sain. Cet air insufflé dans la maison passe par un filtre afin de le débarrasser de toutes les substances néfastes comme le pollen et les particules fines. Placé en légère surpression, le logement voit l’air neuf balayer les différentes pièces pour s’échapper par les bouches d’aération situées dans les pièces humides et les défauts d’isolation. La surpression contribue à rejeter les polluants vers l’extérieur. Une télécommande et un logiciel embarqué modulent le débit d’air en fonction de la température et de l’humidité. Une résistance électrique et différents systèmes permettent également de réchauffer l’air avant insufflation.

 

Différences entre VMC et VMI

 

  • La VMC met le logement en dépression alors que la VMI le met en surpression.
  • Contrairement à la VMC, la VMI ne nécessite pas une installation complexe de gaines. Elle se montre bien plus pratique à installer en rénovation.
  • La VMC est plus performante que la VMI avec des débits plus importants.
  • En matière d’économies d’énergie, la VMC est la plus efficace pour limiter les pertes de chaleur. Son fonctionnement permet de récupérer de 70 % à 90 % des calories issues de l’air vicié. La VMI peut néanmoins être installée dans les combles pour profiter de la chaleur de l’air sous le toit.

 

vmi-ou-vmc-bouche

 

  • En cas de fenêtres ouvertes, la VMC fonctionne normalement, mais pas la VMI.
  • La VMI offre une qualité d’air optimale avec une filtration très efficace des polluants, mais aussi de l’humidité. Elle constitue une parfaite solution pour limiter l’apparition de moisissures sur les murs.
  • La VMI est moins coûteuse compte tenu des importants travaux nécessaires pour l’installation de la VMC. Cette dernière est néanmoins privilégiée dans la construction neuve avec un respect des dernières normes BBC.

 

Si chaque solution à ses avantages et ses inconvénients, le choix de la VMI ou VMC s’effectue en fonction des besoins des utilisateurs. Il dépend des spécificités du logement concerné et du type de travaux à entreprendre. Dans tous les cas, il est essentiel de bien étudier chaque projet pour déterminer la ventilation la plus appropriée à proposer à votre clientèle.

Share This